NEVADA - SOLVAY 98 sur la Meuse à Fumay, en 1955

Voici une nouvelle rubrique.
Suite a un repas, fort sympathique, avec un des membres du forum, nous avons eu l'idee de creer cette nouvelle reubrique...
Elle nous montrera des choses que l'on ne voudrait jamais voir ou revoir... concernant la batellerie...

NEVADA - SOLVAY 98 sur la Meuse à Fumay, en 1955

Messagepar marite61 » Dim 1 Mar 2015 14:49

le 8/02/1955
le nevada tombait en travers du pont de fumay sur la meuse
il y a une bonne crue , panne de moteur !!!!!, mauvaise manœuvre !!!!!!!
dans la foulèe je met le pont provisoire , passage par la premiere armèe americaine en 1944
et final
le pont reconstruit
photos perso
cartes postales coll marite









Avatar de l’utilisateur
marite61
Membre regulier
Membre regulier
 
Messages: 460
Inscription: Sam 8 Jan 2011 18:27

Re: NEVADA sur la Meuse en 1955

Messagepar kikicmr » Ven 13 Jan 2017 15:06

Voici l'accident NEVADA / SOLVAY 98 tel qu'il est relaté dans la Revue de la Navigation intérieure et rhénane du 10 mars 1955 :

COLLISION SUR LA MEUSE

Naufrage d'une péniche et destruction du pont provisoire de Fumay


La grande presse a signalé brièvement, en son temps, le sérieux accident qui s'est produit au début du mois de février dernier, sur la Meuse, à Fumay, et qui a entrainé, outre Je naufrage d'une péniche, la destruction d'un pont provisoire sur cette rivière. Nous avons pu recueillir à ce sujet les précisions et illustrations suivantes :

Le 5 février 1955, à 16 h. 45, le bateau automoteur SOLVAY 98, montant, achevait de franchir la passe navigable du pont de Fumay. Pour lutter contre le courant de la Meuse en légère crue, il était aidé par un tracteur de la C.G.T.V.N., son moteur de 30 CV étant trop faible pour le propulser seul.

Le bateau automoteur NEVADA, appartenant à M. Noterdaeme, conduit par son propriétaire, descendant la rivière, arrivait en vue du pont, à 500 m environ en amont. Apercevant le SOLVAY 98 dans l'unique passe marinière du pont, M. Noterdaeme réduisit la vitesse de son moteur, mais estimant que la passe serait libérée rapidement, ne tenta pas d'autre manœuvre.

Cependant, le passage du pont de Fumay, qui coïncide avec un changement de halage, est une opération demandant. en eaux normales, une dizaine de minutes, en raison du «coupage de corde» obligatoire du tracteur. Par eaux fortes, la durée de la manœuvre est encore augmentée.

Lorsqu'il arriva à proximité du pont sous lequel se trouvait encore l'arrière du SOLVAY 98, il tenta d'étaler son bateau en battant hélice arrière. Cette manœuvre trop tardive ne donnant aucun résultat, il essaya de s'engager dans la passe marinière occupée en partie par le SOLVAY 98, mais il ne gouvernait plus, sa vitesse par rapport à l'eau étant nulle, et il vint aborder le SOLVAY 98 à tribord, à dix mètres environ de la proue.

Son avant étant immobilisé, il se rabattit de l'arrière sur le pont, brisant une palée qui cependant ne s'effondra pas totalement et sur laquelle il demeura appuyé et engagé sous les pieux amont sectionnés.

Le SOLVAY 98 recula à une trentaine de mètres à l'aval du pont, et fut amarré. Il faisait eau et son chargement de sable de fonderie ne permit pas aux pompiers appelés d'urgence de mettre en action des pompes suffisamment puissantes. Il coula à 21 h.

La conclusion qui se dégage de cet accident est simple: les dangers que présentent pour la navigation des ponts provisoires du genre de celui qui a été détruit à Fumay sont trop évidents pour que l'on ne fasse pas l'impossible en vue de leur remplacement par des ouvrages définitifs. Il serait grand temps, dix ans après la guerre, de faire disparaître des vestiges aussi dangereux.






--------------------------------------------------------------------------------------------------


Dans son numéro du 10 avril 1955, la revue publie un lettre de M. Charles Marée de Saint-Mammès, bateau LAVANGE, et la réponse de M. Vernier, ingénieur en chef à Charleville :

A PROPOS D'UNE COLLISION SUR LA MEUSE


Nous avons relaté dans notre numéro du 10 mars dernier (p. 163-164), l'accident de navigation survenu au pont provisoire de Fumay, sur la Meuse, et qui entraina, outre le naufrage d'une péniche, la destruction dudit pont.

Un de nos lecteurs, M. Charles Marée (bateau LAVANGE) de Saint-Mammès, nous a adressé à ce sujet une lettre dans laquelle il fait la mise au point suivante :

« La passe unique a environ 11 m de large, ce n'est donc pas un « passage rétréci » ; mais la difficulté de croisement fait qu'il faut le considérer comme tel. La preuve c'est que le «Solvay» n'a pas livré le passage à l'avalant. (J'ai vu plusieurs fois des bateaux bord à bord franchir cette passe.)

»Il faut distinguer le cas du montant et celui de l'avalant. Il est faux de dire qu'en eaux normales, le passage demande dix minutes. Un bateau tracté peut le franchir en moins de deux minutes à 50 m à la minute.

»D'après les autres relations de I'accident, le batelier montant s'était engagé dans la passe bien que n'étant pas assez fort. Les règlements obligent à une vitesse minimum et tous les bateliers Solvay, habitués de la Meuse, connaissent le danger de ces ponts.

»D'après ce que vous écrivez, on pourrait croire que l'avalant pouvait tenter une manœuvre pour éviter l'accident.

» 1° Il n'y a pas 500 m de visibilité en amont du pont.

» 2° La nécessité du changement de rive oblige l'avalant à naviguer en traversant la rivière et cette obligation est bien plus impérative que pour le montant.

» 3° Le virage est impossible.

» 4° Le mouillage est inutile et sans effet sur le fond rocheux.

» 5° L'arrêt sur la marche arrière d'un bateau avalant est impossible et l'effet conduit à mettre le bateau en travers dans le pont.

»Il n'y avait qu'un moyen, c'est que le « Solvay» recule rapidement en aval du pont quand il a entendu l'avalant corner (et là on corne beaucoup, je vous l'assure). La chose était très facile et n'aurait pas demandé 2 minutes, soit le temps que l'avalant aurait mis pour faire 200 ou 300 m.

» En règle générale on doit livrer le passage à l'avalant et pour finir le «Solvay» a quand même reculé, avec le risque de recevoir le pont sur la cabine!

»J'ai protesté souvent contre le mépris des bateliers pour le règlement de navigation. Encore l'été dernier où j'ai failli culbuter la pile de la passerelle de Haybes sous L'effet d'un montant qui passait (dans les travaux en cours !) à plus de 10 km/h. et qui a déplacé l'avant de mon bateau de 7 ou 8 m jusqu'à toucher les pieux pourris.

»Dans l'accident de Fumay il y a deux responsables : le montant pour le tout, sauf la pourriture du pont, et l'administration pour son insuffisance à prévenir les accidents.

»Le ou les procès qui interviendront seront certainement intéressants».

A la suite de cette lettre, dont nous avions donné connaissance à l'administration des Ponts et Chaussées, M. Vernier, ingénieur en chef à Charleville, nous a fait parvenir la réponse suivante:

« Il y a lieu tout d'abord de remarquer que la relation de l'accident expose simplement dans leur ordre chronologique les manœuvres exécutées par les deux bateaux et ne dégage aucune responsabilité dans l'affaire. Il est dans ces conditions assez surprenant que M. Marée éprouve le besoin de discuter.

»Par ailleurs, j'apporterai quelques précisions supplémentaires :

»La passe marinière du pont de Fumay offrait un débouché de 15 m et non 11 m. Cependant, le croisement des bateaux a toujours été difficile en cet endroit, en raison du changement de halage, et c'est pourquoi il est classé dans les «passages rétrécis» par l'art. 9 du Règlement particulier de police du canal de l'Est du 1er décembre 1933.

»Il était impossible pour un bateau montant de franchir le pont provisoire en moins de deux minutes, car cette opération commande les manœuvres suivantes:

» 1° - arrêter le bateau immédiatement à l'aval du pont,

» 2° - détacher la remorque du tracteur,

» 3° - faire franchir le pont par le tracteur,

» 4° - passer la remorque sous le pont dans la travée navigable et la rattacher au tracteur.

» 5° - tractionner le bateau jusqu'en amont du pont.

»Je pense qu'il n'est pas besoin d'autre explication pour prouver qu'il s'écoule bien une dizaine de minutes entre le début et la fin de l'opération.

»- La visibilité en amont du pont est réellement un peu supérieure à 500 m (mesurés sur plan exact).

» - Le changement de rive oblige tous les bateaux montants ou avalants à traverser la rivière en amont du pont.

» - Le virage d'un bateau avalant est possible sans difficulté spéciale jusqu'à 300 m du pont environ. Ensuite, le fond rocheux rend la prise d'une ancre aléatoire et le virage devient hasardeux par eaux fortes.

» - L'arrêt d'un bateau avalant sur la marche arrière est, en effet, impossible car la vitesse par rapport à l'eau devient nulle et le bateau ne gouverne plus. C'est précisément parce que le marinier du « NEVADA » a exécuté cette manœuvre à proximité du pont qu'il n'a pu tenter, étant privé de direction, de franchir la passe parallèlement au «Solvay».

» - Le règlement général de police prévoit, en son art. 27, pour la traversée des passages rétrécis :

»Lorsque 2 bateaux. . . se présentent en même temps aux deux extrémités d'une des dites sections . . . le bateau montant doit s'arrêter ou prendre toute mesure pour céder la place à celui qui descend».

>>Cette règle impérative est quelquefois enfreinte par les bateliers montants, mais il faut considérer que, lors de l'accident de Fumay, le bateau «Solvay» était engagé sous le pont et qu'il avançait à vitesse réduite lorsque le « Nevada » s'est présenté à plus de 500 m en amont.

>>Il était d'ailleurs presque entièrement sorti de la passe navigable au moment de la collision ; il s'en est fallu d'une minute pour que l'accident soit évité.

L'administration est en effet "insuffisante" pour prévoir les erreurs, causes d'accident, susceptibles d'être faites par les bateliers montants ou avalants.»

Au moment de mettre sous presse, nous recevions une seconde lettre de M. Marée, dans laquelle celui-ci rectifiait quelque peu son appréciation initiale concernant la question des responsabilités, laissées au montant pour le tout - sauf la pourriture du pont - tout en faisant remarquer qu'il faudrait, à l'avenir, imposer une stricte observation des règlements, "sans doute trop vieux et oubliés depuis longtemps".
kikicmr

Avatar de l’utilisateur
kikicmr
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 7676
Inscription: Dim 31 Jan 2010 20:37
Localisation: 54

Re: NEVADA - SOLVAY 98 sur la Meuse à Fumay, en 1955

Messagepar papidema » Ven 13 Jan 2017 18:06

Bon, ça va personne ne met en cause la CGTVN. :)
Quant aux ponts provisoires construits après destruction de guerre j'en ai connu encore un, métallique Bailey (petit), en 1996, pas sur une rivière navigable tout de même. Il était pourri de chez pourri, mais toujours en service. Je viens de regarder sur Google Street, il est reconstruit en béton.
Avatar de l’utilisateur
papidema
Membre regulier
Membre regulier
 
Messages: 124
Inscription: Dim 20 Juin 2010 21:46
Localisation: Frontenay-Rohan-Rohan

Re: NEVADA - SOLVAY 98 sur la Meuse à Fumay, en 1955

Messagepar Orvanne » Sam 14 Jan 2017 11:37

Le NEVADA me fait penser au NEVADA que je viens de mettre

Ils se ressemblent!

Guy
VOIR & SAVOIR le FLUVIAL
Avatar de l’utilisateur
Orvanne
Visiteur indispensable
Visiteur indispensable
 
Messages: 13437
Inscription: Jeu 6 Juil 2006 18:22
Localisation: Viroflay (78)

Re: NEVADA - SOLVAY 98 sur la Meuse à Fumay, en 1955

Messagepar Orvanne » Mer 29 Mai 2019 19:25

Cette fois relatée sur le Journal de la Navigation n°4 du 15 février 1955 :
On apprend de plus que le capitaine du Solvay effectuait son dernier voyage avant la retraite



Guy
VOIR & SAVOIR le FLUVIAL
Avatar de l’utilisateur
Orvanne
Visiteur indispensable
Visiteur indispensable
 
Messages: 13437
Inscription: Jeu 6 Juil 2006 18:22
Localisation: Viroflay (78)


Retourner vers Les CE QUE L'ON NE VOUDRAIT JAMAIS VOIR ! / Wat we liever niet zien !

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité